Publié en janvier 2022 3 minutes de lecture
Jean-Baptiste Lacourte
Responsable Marketing Réseau
Sur le même sujet
La digitalisation au service de la croissance du secteur de l’intérim Lire la suite Icône flèche
Comment analyser les performances de votre réseau télécoms Lire la suite Icône flèche
Une infrastructure réseau adaptée à tous vos sites Lire la suite Icône flèche

Connectivité : Des Français toujours plus dépendants, Linkt toujours présent !

Depuis 2020 et la crise sanitaire, la digitalisation de la société française s’est accélérée, induisant parfois des tensions sur les infrastructures des opérateurs. Retour sur les enjeux du maintien d’un lien Internet de qualité en toute circonstance !

 

Le Tome 3 du rapport de l’ARCEP analyse l’évolution du trafic Internet journalier des confinements de 2020 durant lesquels les usages connectés des Français ont été démultipliés. Les usages professionnels autant que personnels ont été combinés, cumulés et pourtant, l’infrastructure a tenu. Et c’est heureux car les conséquences d’une faillite globale d’Internet en ces temps particulièrement difficiles auraient été catastrophiques.

 

Des besoins croissants en bande passante

Ainsi, dans son rapport, l’ARCEP cite deux sources éminentes qui ont réalisé les mêmes constatations : à la faveur du premier confinement, les Français ont multiplié les usages connectés. Le régulateur des télécommunications souligne ainsi que « d’après l’observatoire d’Ookla sur l’impact de la pandémie de Covid-19 sur la performance d’internet, le débit moyen des mesures effectuées en France sur le réseau fixe est passé de 146,26 Mbit/s au 9 mars 2020 à 126,45 Mbit/s au 13 avril 2020, soit une baisse d’environ 15 %. Cette variation est également observée par nPerf mais est moins visible dans le baromètre annuel 2020 de QoSi (mobile). La variation de la QoS est moins visible sur le réseau mobile (environ -5 % entre mars et avril 2020) ».

 

La conclusion est sans appel, qu’il s’agisse de travailler depuis son domicile ou de profiter d’internet à des fins personnelles, les citoyens Français sont dépendants de la qualité de leur connectivité. Si Internet a tenu, la qualité de service a parfois été dégradée par un effet de congestion qui peut intervenir à trois niveaux selon les auteurs du rapport de l’ARCEP : « au niveau du fournisseur de contenu et d’applications (FCA) ou du réseau de diffusion de contenu (CDN), au niveau des réseaux intermédiaires et interconnexions et au niveau du réseau du fournisseur d’accès à internet).

 

En revanche, pour Linkt qui fournit des solutions aux entreprises, le réseau se doit de garder le même niveau de qualité quel que soit l’usage. C’est pour cette raison que Linkt s’appuie sur un backbone surdimensionné et qui ne transporte que les flux professionnels, à l’exclusion des flux BtoC susceptibles de provoquer de la congestion.

 

La place des agrégateurs d’infrastructure sur l’échiquier de la qualité de service

Alors que les attentes en termes de bande passante et de disponibilité n’ont jamais été aussi fortes, un agrégateur d’infrastructures comme Linkt a joué un rôle durant toute cette période pour garantir la connectivité de ses clients. Si la congestion des fournisseurs de contenus ou des réseaux intermédiaires n’entre pas dans le spectre des responsabilités de Linkt, leur capacité à monitorer en temps réel la qualité des liens internet, leur parfaite maîtrise des enjeux de connectivité leur ont permis bien souvent d’anticiper les difficultés pour les entreprises qu’ils accompagnent. Un rôle de proximité qui a souvent été déterminant pour les entreprises.

 

 

Ainsi comme l’indique l’ARCEP : « La mobilisation exceptionnelle de tous les acteurs de l’écosystème (opérateurs, fournisseurs de contenus et d’applications, utilisateurs finaux et institutions publiques) a permis de faire face à l’intensité inédite des besoins numériques durant la crise. Tout d’abord, les entreprises télécoms et le tissu de PME, d’acteurs locaux et d’associations qui les entourent ont travaillé de concert pour maintenir et assurer le fonctionnement continu des réseaux ».

 

Le téléphone affecté par les congestions des réseaux

Internet n’est pas le seul à avoir été profondément affecté par les comportements des Français, durant les confinements de 2020. Ainsi, notent le rapport de l’ARCEP « au-delà du réseau internet, des congestions peuvent aussi apparaître sur le réseau voix. Cela a été constaté dans les premiers jours de confinement : en effet, la forte augmentation des appels téléphoniques avait entraîné des saturations ponctuelles et temporaires sur le réseau voix ».

 

A l’instar de son réseau data, Linkt a supervisé méticuleusement son réseau voix afin d’en ajuster les capacités et garantir que les services Voix de ses clients ne subissent aucune congestion. En revanche, les entreprises accompagnées par Linkt ont pu activer le softphone facilement, et ainsi garantir une joignabilité absolue même lorsque les réseaux « voix » des opérateurs rencontraient des dysfonctionnements. Analyse, veille constante, supervision des réseaux, les experts de Linkt n’ont jamais relâché leur vigilance pour une connectivité optimale pendant la crise.

 

Une question ?

Nous vous rappelons

 

    ×

    Demandez conseil

    Nous vous rappelons

      ×

      Contactez-nous !

      Si vous êtes déjà client Linkt, rendez-vous directement sur votre espace client en cliquant ici

       

        ×